DES LORRAINS EN NORMANDIE ET INVERSEMENT

Ce mois de mars 2020 est bien particulier. Confiné à la maison c’est l’occasion pour moi de rattraper un peu de retard ; de regarder plus en détails les différents sites et monuments, villes et régions que les groupes que j’accueille me conseillent de visiter. Il y a quelques semaines, on m’a parlé d’un château. Il n’est pas en Lorraine mais est très fortement lié à notre histoire et notre patrimoine.

Installez vous confortablement dans votre fauteuil, sans sortir de chez vous je vous propose de vous emmener en voyage de l’autre côté de la France, en Normandie, à la rencontre des lorrains en Normandie et des normands en Lorraine. Deux noms vont guider nos pas. Le premier : l’illustre nom de Harcourt. Le second vous parlera sans doute plus puisqu’il s’agit de Lillebonne.

Harcourt - Eure

Bernard le Danois
(suggestion de présentation)

Rendons-nous dans l’Eure pour commencer ; à Harcourt pour être précis. Là où se trouvait une des familles les plus importantes de Normandie descendant des Vikings. Les premières traces de la famille remonteraient à l’année 912 quand Bernard le Danois s’installa en Normandie. Quelques temps plus tard ses descendants prenaient le nom de Harcourt1. Enfin, tout ça, c’est la légende ...

Catherine de Bourbon

C’est durant la guerre de cent ans que la famille va réellement commencer à s’illustrer. Les Harcourt s’enrichissent grâce à de beaux mariages. Des châteaux sont construits un peu partout jusqu’à ériger toutes ces possessions en comté en 13392. Surtout, la Normandie est un espace stratégique entre la France et l’Angleterre alors en guerre.

Des alliances sont passées avec les uns et les autres en fonction du sens du vent et finalement, en 1359, Jean VI d’Harcourt épouse Catherine de Bourbon, la sœur de Jeanne de Bourbon qui, elle, est reine de France (épouse de Charles V). La famille Harcourt entre ainsi dans la famille royale.

Marie d'Harcourt

Antoine de Vaudémont

Le fils du couple, Jean VII d'Harcourt, n'a plus de descendant masculin vivant. Sa fille revendiquera les terres vers 1452. Elle s’appelle Marie d’Harcourt et l'on peut voir son gisant dans l’église des Cordeliers à Nancy, au côté de son mari : Antoine de Vaudémont, issu de la branche cadette des ducs de Lorraine.

Voici notre lien avec la Lorraine !

Gisants d'Antoine de Vaudémont et Marie d'Harcourt
église des cordeliers, Nancy.
© Olivier Petit - Patrimoine de Lorraine

Gisants d'Antoine de Vaudémont et Marie d'Harcourt
église des cordeliers, Nancy.

Marie d’Harcourt est loin d'être inintéressante. Antoine de Vaudémont espérait hériter du duché de Lorraine. Son oncle, le duc Charles II (c’est lui qui reçut Jeanne d’Arc à Nancy) n’ayant eu que des filles, il pensait être l’héritier en vertu de la loi salique (héritage par le sexe masculin). Il attaquera le duché de Lorraine gouverné alors par le bon roi René d’Anjou marié à Isabelle de Lorraine, fille de Charles II. S’en suit la bataille de Bulgnéville3 où le duc de Lorraine est fait prisonnier. Après de nombreuses et longues tractations la paix est signée, Antoine ne sera pas duc de Lorraine. Pour en découvrir plus sur la Bataille de Bulgnéville, je vous invite à lire l'article très complet sur le blog Patrimoine de Lorraine.

Bataille de Bulgnéville (1431)

De son côté, Marie d’Harcourt s’est forgée une légende de guerrière. Antoine, parti conquérir la Lorraine, lui avait laissé la charge de protéger Vaudémont, forteresse réputée imprenable sur la colline de Sion. Apprenant le siège de la ville et venant tout juste de donner naissance, elle prit les armes, réunit ses hommes et délivra ses gens4 !

Ce caractère bien trempé sera transmis à son petit fils, René II duc de Lorraine qui délivra Nancy des bourguignons le 5 janvier 1477 !

Delacroix - Bataille de Nancy - Musée des Beaux-Arts de Nancy

René II

René II a même un second lien avec la famille Harcourt. Il faut retourner en Normandie dans le département de la Seine-Maritime cette fois-ci, à Tancarville, d’où la comtesse Jeanne d’Harcourt est originaire.

Tancarville - Seine-Maritime

Elle épousa le duc René II vers 1471. S’en suivent quatre années de vie commune, puis quatre années de séparation. Enfin, en 1485, ne voyant pas venir d’héritier, René II la répudie et épouse Philippe de Gueldre dont le gisant est visible dans l'église des cordeliers.

Jeanne d’Harcourt, quand à elle, est renvoyée chez elle. Suite à ce divorce, il est demandé à René II de traiter son ex femme comme sa propre sœur, lui permettant de vivre décemment.5 Elle obtiendra des droits sur la vicomté de Lillebonne.

Lillebonne - Seine-Maritime

René de Lorraine-Guise

Louise de Rieux

Enfin, en 1555, le petit fils de René II par la branche de Guise, René II d’Elbeuf épouse Louise de Rieux, la propriétaire des terres d’Harcourt. Harcourt entre dans les possessions des Lorraine-Guise6 !

Elbeuf - Seine-Maritime

Le château d'Harcourt date du XIème siècle. Construit en hauteur d’un vallon, l’édifice est d'abord construit en bois. Les fortifications, elles, sont en terre. De ce premier bâtiment, il ne reste rien aujourd’hui.

C’est au XIIème siècle que le premier château en pierre sort de terre. Cette nouvelle construction renforce l’emprise sur le territoire de la famille d'Harcourt et montre leur puissance. La pierre coûte cher. On ne peut plus uniquement faire usage de la corvée pour construire le site. Il faut désormais faire appel à des maçons que l’on doit rémunérer.

La structure est celle d’un donjon carré. Encore visible aujourd’hui, il subira quelques modifications en traversant les siècles.

Il est renforcé au XIIIème siècle par des fortifications en pierre. La plupart des éléments encore visibles aujourd’hui datent de cette époque.

Le domaine fut ensuite doté d’un châtelet qui marque l’entrée vers la basse-cour. Il réunit les principales fonctions du comté, comporte un four, une chambre des comptes, siège de la justice et de la perception des impôts, ainsi qu’un important dispositif de défense. On y voit même des croix de Lorraine en brique rouge, une manière de montrer au monde le rattachement du comté d’Harcourt au duché de Lorraine à l’occasion du mariage d’Antoine de Vaudémont et Marie d’Harcourt7.

Par la suite les Lorraine-Guise préféreront la cour de Paris plutôt que cette résidence secondaire qui tombe petit à petit dans l’oubli.

Au XVIIème, le domaine passe dans les mains de Françoise de Brancas8, amie de Madame de Maintenon (l’épouse secrète de Louis XIV). Elle remet alors le château au goût du jour en abattant quelques murailles, comblant les fossés et refait la façade Est.9

Le château est racheté par Louis Gervais Delamarre au moment de la Révolution française. Pionnier de la sylviculture, il lègue le domaine à la société royale d’Agriculture. En 1833, le deuxième Arboretum de France est créé sur le domaine. Au total, ce sont 2 900 arbres de 56 familles qui sont répartis sur près de 9ha ouverts à la visite.

Pour en savoir plus sur le château et l’arboretum, vous pouvez consulter le dépliant du site édité par le Conseil Départemental de l'Eure ainsi que le site internet du château.

En évoquant Lillebonne, il faudrait aller plus loin sur le sujet. Ville de Seine Maritime, qui rappelle la MJC de la Ville Vieille de Nancy, elle renforce encore les relations entre la Lorraine et la Normandie. Pour en savoir plus sur l’édifice, son histoire et les liens avec la Normandie, je vous invite à consulter l’article rédigé pour le site BLE Lorraine.

RESTONS EN CONTACT

Pour ne rien rater des nouveaux articles et être tenu informé des visites guidées à Nancy et en Lorraine,
inscrivez-vous à la lettre d'information.


1. Patrimoine Normand - Château d’Harcourt : lire l'article

2. Dépliant édité par le département de L’Eure : lire en ligne

3. Pour en savoir plus sur la Bataille de Bulgnéville vous pouvez consulter le Blog Patrimoine de Lorraine : lire en ligne

4. Marie d’Harcourt : Dictionnaire Philibert Riballier et Catherine Cosson : lire en ligne

5. Le couple, entre faits et droit : La nullité du mariage de René II de Lorraine et Jeanne d’Harcourt, Stéphanie Richard, De Boeck Supérieur | « Le Moyen Age », 2016/3 Tome CXXII | pages 567 à 626 : lire en ligne

6. Liste des seigneurs d’Harcourt : lire en ligne

7. Dépliant édité par le département de L’Eure : lire en ligne

8. Patrimoine Normand : Château d’Harcourt : lire en ligne

9. Château d’Harcourt : lire en ligne

3 thoughts on “DES LORRAINS EN NORMANDIE ET INVERSEMENT

Répondre à Romain Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *