Jean-Claude Laroche et Colette Begin, membres de l'Atelier Mémoire d'Essey

Rencontre avec : L’ Atelier Mémoire d’Essey

Rencontre avec … vous emmène à la rencontre de lorrains liés à notre patrimoine. Qu’ils le protègent, le valorisent, l’exploitent, ils sont les visages cachés derrière la pierre.

C’est à Essey-Lès-Nancy, sur les hauteurs, où trône fièrement l’église Saint-Georges, que je retrouve Jean-Claude LAROCHE, président de l’Atelier Mémoire d’Essey (A.M.E.) et Colette BÉGIN, trésorière. Ardents défenseurs de l’église, les membres de l’association travaillent à la restauration de l’édifice et des œuvres qu’elle renferme.

En 2017, le clocher de l’église, fragilisé par la démolition de l’ancien presbytère dans les années 70 et menaçant ruine a été totalement restauré. Un projet ambitieux qui n’aurait pas pu aboutir sans le soutien de la Mairie d’Essey, la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), l’A.M.E. conjointement à la Fondation du Patrimoine qui a permis l’obtention de dons sans oublier le gâteau Saint-Georges mis en vente par la Maison Thomas, pâtissiers à Essey.

Clocher de l'église Saint-Georges, Essey-Lès-Nancy

Surtout, cette restauration n’a été qu’un premier pas pour la restauration de l’église. Suite à cela, l’A.M.E a été la cheville ouvrière de la sauvegarde du Maître Autel et d’un Christ en bois (toujours en partenariat avec la fondation du patrimoine). Mais le travail est loin d’être terminé et les deux membres de l’association ne baissent pas les bras enchaînant les projets les uns après les autres.

Né à Essey-Lès-Nancy, Jean-Claude a grandi avec l’église Saint-Georges. Il y a été baptisé, y a fait sa première communion, s’y est marié et y a enterré ses proches. Descendant d’une famille ascéenne depuis 1780, de nombreuses tombes portent le nom de Laroche dans le cimetière attenant. Ils étaient vignerons puis maraîchers pour certains.

Jean-Claude, lui, a suivi les traces de son père en devenant médecin. La retraite arrivée, sa passion pour la peinture ancienne a pris le dessus et le docteur en médecine est retourné sur les bancs de la faculté pour préparer un Master en Histoire de l’Art. De cette expérience sont nés deux livres : le premier sur son musée imaginaire et le second entièrement consacré à l’histoire de l’église. Ce second ouvrage l’a conduit à rejoindre les rangs de l’A.M.E. puis d’en prendre -un peu au dépourvu- la présidence, assisté par Colette qui habite à quelques mètres de l’édifice.

Vierge en gloire par Dominique Prot - 1672

Vierge en gloire entourée de saints – Dominique Prot – 1672

Depuis, tous deux participent activement à la restauration du patrimoine. Le projet actuel est la sauvegarde d’un tableau peint par Dominique Prot en 1672. Il représente une Vierge à l’Enfant, en gloire, entourée de saints et d’armoiries. Figurent ainsi, Saint-Joseph et son bâton de Lys, Saint Henri, empereur du Saint Empire et Saint Patron du marquis Henri de Beauveau qui serait le commanditaire. Saint Nicolas et le saloir sur lequel apparaissent les armoiries des Beauveau et Haracourt, Saint Césaire, diacre et martyr a qui est dédié la chapelle Nord Ouest de l’église, Sainte Catherine d’Alexandrie, Sainte Patronne de Catherine de Haracourt, la femme du marquis de Bauveau et finalement, Saint François et les stigmates.

Le prochain projet sera un tableau signé Eugénie de Marcol, propriété de l’État et mis en dépôt dans l’église. Il représente le départ de Tobie pour Ecbatane. Exposé au Salon de 1845, le livret du salon indique l’information suivante : « Le jeune Tobie reçoit la bénédiction de son père au moment de son départ pour aller chercher une dette chez Gabellus ; il est conduit et ramené par un ange qui promet de veiller sur lui. »

Eugénie de Marcol, le départ de Tobie

Le départ de Tobie – Eugénie de Marcol – 1845

Malheureusement, la petite association ne peut pas tout supporter seule. Pour aider au financement de ces projets, l’église accueille régulièrement des manifestations organisées par l’A.M.E..

Le dimanche 28 avril 2019 à 16h, profitez d’un concert baroque mené par l’Ensemble Lyrique Interlude. Vous pourrez admirer les trésors de cette église de la métropole dans une atmosphère musicale portée par Mozart (« Nocturnes » « Les Noces de Figaro »), Purcell (« The fairy Queen », « Didon et Enée »), Haendel (« Lachia ch’io pianga » «Serse» « Jules Caesar »), Monteverdi (« Por ti miro »), Pachelbel (orgue), Bach (orgue). Plus d’informations sur le site de la ville d’Essey-Lès-Nancy.

Affiche concert 28 avril 2019 au profit de la restauration du tableau de Dominique Prot - 1672

Vous pouvez également aider l’association en souscrivant un don à la Fondation du Patrimoine. Vous retrouverez ce projet sur la page dédiée de l’église Saint-Georges.

Le livre : Journal d’un médecin et son musée imaginaire par Jean-Claude Laroche, éditions de la Noue est également mis en vente pour le prix de 20€. La somme est reversée à la protection de l’église.

Le livre Une tour en péril, secrets cachés de l’église Saint-Georges d’Essey-Lès-Nancy, éditions de la Noue n’est plus disponible mais vous pouvez le consulter dans les bibliothèques nancéiennes.

RESTONS EN CONTACT

Pour ne rien rater des nouveaux articles et être tenu informé des visites guidées à Nancy et en Lorraine,
inscrivez-vous à la lettre d’information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *