Maison au Boulet - Nancy

Visite 1er avril : La maison au boulet

Quand on se promène dans les rues de Nancy, notre œil peut être attiré par des détails ; des petits éléments sur les façades des habitations qui attisent la curiosité. Ça peut être un vitrail en forme de cœur, une gargouille avec une allure particulière, le visage d’un architecte perdu entre les mascarons de la place Stanislas ou encore un boulet fiché dans un mur.

Vitrail d'une ancienne maison close de Nancy
Gargouille représentant une femme sur l'église Saint-Epvre
Mascaron de l'Opéra de Nancy représentant Joseph Hornecker - Architecte

Si souvent l’Histoire rattrape ces sculptures et nous permet de les expliquer, il arrive que la légende finisse par prendre le dessus sur la réalité. Nancy regorge d’histoire incroyables au point de vous faire douter de la véracité des faits et c’est pourquoi, cette année, je vous propose une visite guidée qui testera votre esprit critique.

Mais en attendant le 1er avril, revenons à cette fameuse maison au boulet située au 83, Grande Rue, à l’angle de la rue Saint-Michel. Comment ce boulet de canon est-il arrivé là ?

Maison au Boulet Grande Rue à Nancy

La légende s’inscrit dans le contexte de la guerre de Trente ans au cours du XVIIème siècle. La politique du duc Charles IV qui « ne signait jamais une promesse sans songer à la manière dont il la violerait »1 amena petit à petit la Lorraine vers la tourmente. Devenant le meilleur ennemi de Richelieu, la guerre finit par s’abattre sur notre petit duché.

Portrait de Louis XIII par Philippe de Champaigne

Louis XIII par Philippe de Champaigne

Portrait du Cardinal de Richelieu par Philippe de Champaigne

Richelieu par Philippe de Champaigne

Portrait du duc Charles IV de Lorraine

Charles IV

Malgré quelques tentatives « d’apaisement » et le conflit européen se dirigeant de plus en plus vers l’Est, il devenait indispensable pour Richelieu de prendre Nancy. Après de longues discussions au cours desquels le cardinal réclamait la capitulation de la Lorraine et la livraison de Nancy sans combat, la capitale finit par être assiégée.

Le 31 août 1633, Louis XIII fit le tour de la ville et mit en place sa stratégie. Les ponts de la Meurthe devaient être coupés, les bacs retirés, Nancy isolée du reste de la Lorraine. On lança la construction d’une ligne de défense qui entoura la ville. Louis XIII en personne aurait donné le premier coups de pioche.

Plan du siège de Nancy en 1633

Plan du siège de Nancy en 1633 - voir l'original sur Gallica

La fortification de terre entourait toute la ville, englobant Tomblaine, Essey, Malzéville et Jarville et barrant la route à de possibles alliés. Pendant ce temps, les troupes françaises se concentraient autour de Nancy et au final ce furent trente mille hommes et quatre mille chevaux qui furent à disposition du Roi2. Les assiégés étaient beaucoup moins nombreux mais portés par une femme au caractère bien trempé : Henriette de Phalsbourg, sœur de Charles IV.

Portrait d'Henriette de Phalsbourg par Antoine Van Dyck

Henriette de Phalsbourg par Antoine Van Dyck

Intrépide, elle montait sur les fortifications, galvanisait les troupes et enjoignait la population à ne pas céder. Une nuit, un événement vint bouleverser tout cela. Les français contournèrent la ville, firent exploser deux arches du pont de Malzéville et au retour, emportèrent le troupeau de la ville qui paissait en extérieur. Désormais, la famine pesait sur les habitants.

« Il vaut mieux s’ensevelir glorieusement en ses propres ruines, que de perdre lâchement l’honneur, les biens et la liberté. »
Henriette de Phalsbourg

Folle de rage, Henriette ordonna aux troupes de faire feu en direction du campement français ! Louis XIII faillit être frappé par un boulet. En représailles, les assiégeants pilonnèrent la ville. L’un des boulets vint percuter la façade de la maison et y resta coincé. Il rappelle encore de nos jours, l’histoire de ce siège de 1633 qui s’acheva par la reddition des lorrains et l’occupation de la ville par les français.

« C'est celle-là qui ne voulait pas nous laisser entrer ici, qui voulait y tenir bon, se bien défendre et tuer tout. »
Louis XIII désignant à ses hommes celle qu'il surnommait "la guerrière"

Dans les faits, pour arriver là, le boulet de canon aurait du être tiré depuis l’Est de la ville. Même si Nancy était totalement assiégée, il était inconcevable de tirer depuis la Meurthe, le marais empêchant la progression des hommes et du matériel. Le gros des troupes et l’artillerie étaient positionnés à l’Ouest de Nancy. Jamais un boulet n’aurait pu se ficher dans ce mur.

Maison au boulet - Nancy
Maison au boulet - Nancy
Maison au boulet - Nancy

Le boulet sculpté sur ce mur est tout simplement l’enseigne d’un magasin appelé la Maison au Boulet.

Si vous pensez pouvoir dénouer le vrai du faux, je vous propose de découvrir 10 histoires incroyables sur la ville de Nancy dans une visite insolite et ludique. Mais attention, parmi ces 10 histoires s’est glissé un poisson d'avril de mon invention. Saurez-vous le retrouver ?

Dates et informations de la visite Les histoires incroyables de Nancy - visite 1er avril sur la page calendrier des visites de Nancy Découvertes | le site.

RESTONS EN CONTACT

Pour ne rien rater des nouveaux articles et être tenu informé des visites guidées à Nancy et en Lorraine,
inscrivez-vous à la lettre d'information.


1. Christian Pfister, Histoire de Nancy, T3. Page 7.

2. Christian Pfister, Histoire de Nancy, T3. Page 27.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *